• Geraldine Lacides-Ilunga

Inga 3, la solution pour l'Afrique

Dernière mise à jour : 18 nov. 2020

Catégorie: Business | Science


Inga 3
Inga 3

L'Afrique est l'avenir, l'Afrique c'est maintenant. La majorité des économistes, des entrepreneurs et des scientifiques sont d'accord sur ce point. Pour que le développement soit durable, l'énergie joue le rôle le plus important. Bien que l'Afrique évolue, environ 43% des Africains disposent aujourd'hui d'un approvisionnement fiable en électricité. Pour les entreprises, une électricité peu fiable entraîne une augmentation des coûts de fonctionnement et une baisse de la productivité et de la rentabilité. Les pannes de courant dans certains pays africains auront fait perdre des ventes à de nombreuses entreprises de tous types de secteurs, du commerce de détail aux services, en passant par la fabrication et l’industrie.


La République Démocratique du Congo (RDC) a le potentiel d'éclairer presque toute l'Afrique et de contribuer au développement de tout le continent.


Le projet a le potentiel de couvrir les besoins croissants d'énergie dans ce pool électrique et de fournir des exportations d'électricité vers d'autres régions; principalement l'Afrique australe et occidentale dans un scénario de forte demande et l'Afrique australe et nordique dans un scénario de faible demande.


Le fleuve Congo, le plus grand en volume et le plus puissant du continent. À 150 km de son embouchure, le fleuve détient son plus grand potentiel hydroélectrique sur le site d'Inga Falls.

Construits au lendemain de l'indépendance, les deux projets Inga ont été achevés respectivement dans les années 1970 et 1980. Bien qu'ils représentent la majorité de la capacité totale installée de la RDC (2.472 MW), une capacité supplémentaire importante est prévue dans le cadre du projet Grand Inga.


S'il était pleinement développé, Grand Inga deviendrait le plus grand projet hydroélectrique au monde avec 40 GW, et pourrait générer deux fois plus que le barrage des Trois Gorges en Chine. Avec un coût de production estimé à 0,03 USD par kWh, il serait également l'une des sources d'énergie les plus abordables en Afrique et pourrait théoriquement couvrir 40% des besoins en électricité de l’Afrique.


Cependant, l'électricité peut être exportée sur des lignes de transport longue distance vers l'Afrique du Sud, l'Égypte et le Nigéria, à condition que des accords et des structures de marché appropriés soient en place. La RDC en fait une préoccupation continentale.


< Précédent | Suivant >

CONGO Étoile recommande